Super, ihr habt den Hinweis zur Öffnung des Ausgangs gefunden:



 ██████╗ 
██╔═══██╗
██║   ██║
██║   ██║
╚██████╔╝
 ╚═════╝ 


Dies ist der Hinweis damit ihr das Lösungswort-Anagram, also die drei Blöcke, übersetzen und korrekt anordnen könnt! Googelt einfach den folgenden Begriff: "l337 sp34k", um zu verstehen was die  Textzeichen bedeuten. Wenn ihr die Blöcke aus den drei Kompetenz-Checks richtig angeordnet habt, habt ihr das Lösungswort für den Ausgang aus dem Escape-Room! Ihr braucht das Lösungswort nicht zu übersetzen sondern sollte es in der l337sp34k Variante eingeben.

  _ ____ ____  _              ____  _  _   _   
 | |___ \___ \| |            |___ \| || | | |   
 | | __) |__) | |_   ___ _ __  __) | || |_| | __
 | ||__ <|__ <| __| / __| '_ \|__ <|__   _| |/ /
 | |___) |__) | |_  \__ \ |_) |__) |  | | |   < 
 |_|____/____/ \__| |___/ .__/____/   |_| |_|\_\
                        | |                     
                        |_|                                       

Perspectives francophones

Bildergebnis für yasmina khadra l'attentat

Khadra, Yasmina (2005) : L’Attentat. Paris : Éditions Juillard.

Et voici un conseil de lecture d’une étudiante ! Que fait-on quand on apprend que l’épouse avec qui on a partagé des années de sa vie n’est pas du tout la personne qu’on croyait ? C’est exactement ce qui arrive à Amine Jaafari, chirurgien israélien d’origine arabe,

dont la femme se fait exploser dans un restaurant de Tel-Aviv, tuant des dizaines de clients.

Dans ce thriller politique de Mohammed Moulessehoul, écrivain algérien qui publie sous le pseudonyme de Yasmina Khadra et qui vit en exil en France, nous suivons le docteur Amine Jaafari,qui essaie de trouver une explication pour la dérive de sa femme Sihem vers le fondamentalisme. Peu à peu, il réalise que Sihem s’était muée en soldate de l’Intifada même si elle semblait toujours bien intégrée au sein de la société israélienne et comblée de bonheur.

Au début du roman, le chirurgien reconnu n’arrive pas à comprendre qu’une personne qui jouit d’une grande sécurité matérielle et d’une certaine estime auprès de son cercle d’amis puisse commettre un acte aussi cruel. Il décide donc de chercher des réponses au cœur du conflit israélo-arabe, dans les villes et villages de Palestine. Lors de sa quête de la vérité, il découvre l’ampleur du désespoir du peuple palestinien, un peuple marqué par la pauvreté et des bombardements. En parlant avec des jeunes miliciens sans perspective d’avenir, avec des imams qui appellent au djihad et avec des membres de sa famille et de celle de sa femme défunte, Amine Jaafari prend conscience de sa position privilégiée, comparée à ceux qui n’ont pas eu la chance de profiter d’une formation universitaire et qui vivent en Palestine.

Sans développer de sympathie pour les terroristes, Yasmina Khadra nous invite néanmoins à nous mettre à la place de celles et de ceux qui décident de se joindre à des groupes radicaux et donc à remettre en question notre notion du terrorisme. En abordant une thématique aussi actuelle que sensible, le roman montre de manière touchante et prenante le fossé énorme qui peut s’ouvrir entre deux personnes qui croient se connaître. C’est un roman qui m’a rendue pensive et que je recommande à tous ceux qui s’intéressent aux sujets politiques.

Et voci la cote de ce roman en bibliothèque (Ü35, Teilbblothek Französisch) : Qaf VI y 925/3