Super, ihr habt den Hinweis zur Öffnung des Ausgangs gefunden:



 ██████╗ 
██╔═══██╗
██║   ██║
██║   ██║
╚██████╔╝
 ╚═════╝ 


Dies ist der Hinweis damit ihr das Lösungswort-Anagram, also die drei Blöcke, übersetzen und korrekt anordnen könnt! Googelt einfach den folgenden Begriff: "l337 sp34k", um zu verstehen was die  Textzeichen bedeuten. Wenn ihr die Blöcke aus den drei Kompetenz-Checks richtig angeordnet habt, habt ihr das Lösungswort für den Ausgang aus dem Escape-Room! Ihr braucht das Lösungswort nicht zu übersetzen sondern sollte es in der l337sp34k Variante eingeben.

  _ ____ ____  _              ____  _  _   _   
 | |___ \___ \| |            |___ \| || | | |   
 | | __) |__) | |_   ___ _ __  __) | || |_| | __
 | ||__ <|__ <| __| / __| '_ \|__ <|__   _| |/ /
 | |___) |__) | |_  \__ \ |_) |__) |  | | |   < 
 |_|____/____/ \__| |___/ .__/____/   |_| |_|\_\
                        | |                     
                        |_|                                       

Perspectives francophones

 

Bientôt, ce sera le 14 juillet. Comme vous savez certainement, c’est la date où la France fête sa fête nationale. À cette occasion, il nous semble approprié de consacrer « la chanson de la semaine » à l’hymne national de la France : La Marseillaise

Vous l’avez certainement entendu à plusieures reprises avant des évènements sportifs et nous vous présentons ici l’interprétation fameuse de Mireille Mathieu, mais connaissez-vous son histoire? Non? Donc, lisez la suite de cet article.

Si vous demandez à des gens dans la rue d’où vient la Marseillaise, beaucoup d’entre eux répondront certainement qu’elle a été écrite à Marseille, d’où son nom. Pourtant, c’est faux. En 1792, le maire de Strasbourg, le Baron de Dietrich avait demandé à Rouget de Lisle, officier, d’écrire un chant de guerre à la suite de la déclaration de guerre à l’empereur d’Autriche. Dans le nuit du 25 au 26 avril, de Lisle écrivit ce chant qui fut d’abord baptisé « Chant de guerre pour l’armée du Rhin ». Mais pourquoi l’appelle-t-on « La Marseillaise » aujourd’hui et d’où ce nom vient-il ? Ayant trouvé son chemin jusqu’à la Méditerranée, la chant fut chanté par des troupes de soldats marseillais alors qu’ils entraient dans Paris juste avant l’insurrection des Tuileries en août 1792. Grâce à son succès immense, on le déclara le chant national et le rebaptisa La Marseillaise, le 14 juillet 1795. Dédaigné sous le règne de Napoléon et interdit pendant la période de la Restauration, la Marseille ne regagna son statut d’hymne national qu’avec la proclamation de la Troisième République en 1870. Sous le régime de Vichy, elle resta toujours l’hymne national tandis qu’en zone occupée par les Allemands pendant la Seconde Guerre Mondiale, elle fut de nouveau interdite pour enfin regagner son statut d’hymne national après la guerre, ancré dans les deux Constitutions de la Quatrième (en 1946) et de la Cinquième République (en 1958).  Depuis 2005, il est obligatoire d’apprendre la Marseillaise à l’école primaire.

Rouget de Lisle n’ayant écrit que six couplets, le version officielle de l’Élysée contient sept couplets aujourd’hui, y compris le septième , le couplet « des enfants ». Les origines du septième couplet ne sont néanmoins pas tout à fait claires. Dans les occasions officielles, on ne chante habituellement que le premier couplet. Dans la vidéo suivante, Mireille Mathieu chante le premier, le cinquième et le sixième couplet.

 

Premier couplet

Allons, enfants de la Patrie,
Le jour de gloire est arrivé !
Contre nous de la tyrannie
L’étendard sanglant est levé, (bis)
Entendez-vous dans les campagnes
Mugir ces féroces soldats ?
Ils viennent jusque dans vos bras
Égorger vos fils, vos compagnes !

Refrain :

Aux armes, citoyens,
Formez vos bataillons,
Marchons, marchons !
Qu’un sang impur
Abreuve nos sillons !

Couplet 2

Que veut cette horde d’esclaves,
De traîtres, de rois conjurés ?
Pour qui ces ignobles entraves,
Ces fers dès longtemps préparés ? (bis)
Français, pour nous, ah ! quel outrage !
Quels transports il doit exciter !
C’est nous qu’on ose méditer
De rendre à l’antique esclavage !

Refrain
Couplet 3

Quoi ! des cohortes étrangères
Feraient la loi dans nos foyers !
Quoi ! ces phalanges mercenaires
Terrasseraient nos fiers guerriers ! (bis)
Grand Dieu ! par des mains enchaînées
Nos fronts sous le joug se ploieraient !
De vils despotes deviendraient
Les maîtres de nos destinées !

Refrain
Couplet 4

Tremblez, tyrans, et vous, perfides,
L’opprobre de tous les partis,
Tremblez ! vos projets parricides
Vont enfin recevoir leurs prix ! (bis)
Tout est soldat pour vous combattre,
S’ils tombent, nos jeunes héros,
La terre en produit de nouveaux,
Contre vous tout prêts à se battre !

Refrain
Couplet 5

Français, en guerriers magnanimes,
Portez ou retenez vos coups !
Épargnez ces tristes victimes,
À regret s’armant contre nous. (bis)
Mais ces despotes sanguinaires,
Mais ces complices de Bouillé,
Tous ces tigres qui, sans pitié,
Déchirent le sein de leur mère !

Refrain
Couplet 6

Amour sacré de la Patrie,
Conduis, soutiens nos bras vengeurs.
Liberté, Liberté chérie,
Combats avec tes défenseurs ! (bis)
Sous nos drapeaux que la victoire
Accoure à tes mâles accents,
Que tes ennemis expirants
Voient ton triomphe et notre gloire !

Refrain
Couplet 7
(dit « couplet des enfants »)

Nous entrerons dans la carrière
Quand nos aînés n’y seront plus,
Nous y trouverons leur poussière
Et la trace de leurs vertus (bis)
Bien moins jaloux de leur survivre
Que de partager leur cercueil,
Nous aurons le sublime orgueil
De les venger ou de les suivre.

Refrain