Super, ihr habt den Hinweis zur Öffnung des Ausgangs gefunden:



 ██████╗ 
██╔═══██╗
██║   ██║
██║   ██║
╚██████╔╝
 ╚═════╝ 


Dies ist der Hinweis damit ihr das Lösungswort-Anagram, also die drei Blöcke, übersetzen und korrekt anordnen könnt! Googelt einfach den folgenden Begriff: "l337 sp34k", um zu verstehen was die  Textzeichen bedeuten. Wenn ihr die Blöcke aus den drei Kompetenz-Checks richtig angeordnet habt, habt ihr das Lösungswort für den Ausgang aus dem Escape-Room! Ihr braucht das Lösungswort nicht zu übersetzen sondern sollte es in der l337sp34k Variante eingeben.

  _ ____ ____  _              ____  _  _   _   
 | |___ \___ \| |            |___ \| || | | |   
 | | __) |__) | |_   ___ _ __  __) | || |_| | __
 | ||__ <|__ <| __| / __| '_ \|__ <|__   _| |/ /
 | |___) |__) | |_  \__ \ |_) |__) |  | | |   < 
 |_|____/____/ \__| |___/ .__/____/   |_| |_|\_\
                        | |                     
                        |_|                                       

Perspectives francophones

La liberté ou la mort
Huile sur toile de Jean-Baptiste Regnault

Universitätsjubiläum Logo

« La Liberté ou la Mort » est un tableau historique qui renvoie à l’un des choix les plus importants que le peuple français a eu à faire. Après de nombreuses années d’exposition dans les musées de Paris, cette peinture emblématique de la Révolution française a fini par arriver et par rester à Hambourg, malgré son message révolutionnaire. Pour quelles raisons ?

Pour commencer, il faut comprendre dans quel contexte ce tableau a été peinte. Jean Baptiste Regnault, un peintre parisien du XVIIIème siècle, a peint cette œuvre en 1795, 6 ans seulement après la Révolution française. C’était une époque où beaucoup de changements ont eu lieu en France, que ce soient des changements par rapport à la façon de vivre ou des changements concernant l’idéologie du peuple français.

Regnault a captivé l’attention de toute la France avec son œuvre qui fut exposée au Salon de Paris en 1795, et pour comprendre la raison de tout ce succès, il faut d’abord comprendre ce que Regnault a voulu montrer en créant « La Liberté ou la Mort ».

Parlons un peu du tableau :

C’est une huile sur toile aux dimensions 60 x 49 cm qui nous présente 3 personnages. Au milieu, nous avons le Génie de la France, à sa gauche l’allégorie de la mort et enfin à sa droite l’allégorie de la liberté.

Chacun de ces personnages porte des symboles qui représentent des messages qui peuvent passer inaperçus, malgré leur importance.

  • Le Génie de la France : il possède des ailes légèrement colorées de rouge et de bleu qui indiquent l’union et la France ; sur sa tête nous retrouvons la Flamme de l’esprit, qui symbolise l’illumination et l’amour spirituel. Ses bras sont ouverts, pour indiquer que le Génie est un messager, un protecteur et aussi un annonciateur.
  • L’allégorie de la liberté : nous apercevons un bonnet phrygien en haut à gauche de la peinture (signe de liberté) ; la figure féminine possède aussi une écharpe tricolore, signalant que l’allégorie est un symbole d’union, d’unité et d’indivisibilité ; enfin, nous identifions aussi le triangle à niveau et le fil de plomb, qui symbolisent l’égalité.
  • L’allégorie de la mort : la faux et le squelette symbolisent la mort, tandis que la couronne de laurier symbolise une récompense.

La disposition des personnages nous fait penser qu’il y a un choix à faire. En regardant bien, on peut apercevoir que les bras du Génie agissent comme une balance qui indique un déséquilibre en faveur de la liberté. De plus, on remarque aussi que les 3 personnages fixent le spectateur, insinuant ainsi que c’est à lui de faire le choix. Le choix ici se fait entre la liberté (la République) et la mort (mais en tant que récompense). Le message que Regnault veut faire parvenir au peuple est que la liberté vaut que l’on meure pour elle et que cette mort est honorable.

Après avoir expliqué tout ce qu’il y a à savoir sur la peinture en soi, nous allons maintenant passer au mystère la concernant. « La Liberté ou la Mort » est une peinture qui retrace un moment historique des plus importants pour le peuple français. De ce fait une question se pose : pourquoi et comment cette peinture a-t-elle fini au musée des beaux arts de Hambourg (la « Kunsthalle ») ?

D’après les registres, l’œuvre a été  exposée au Salon de Paris de 1795 à 1799 avant d’être présentée au Palais Bourbon à Paris jusqu’en 1805. Après cela, il n’y a aucune information concernant la localisation de l’œuvre pendant 13 ans, jusqu’au moment où elle réapparaît en 1818 sur le marché de l’art à Hambourg. La peinture est achetée par le collectionneur hambourgeois Otto Christian Gaedechens, qui va la garder pendant presque 30 ans avant de l’offrir en cadeau à la ville d’Hambourg en 1846. Elle va rester entre les mains de la ville jusqu’à l’ouverture de la « Kunsthalle » en 1868, où elle fera partie des six  premières œuvres exposées au musée. Depuis, elle n’a pas quitté une seule fois l’enceinte du musée.

Venons-en donc à la raison de l’arrivée de cette peinture à Hambourg.

Malgré ce que l’on pourrait croire, « La Liberté ou la Mort » a juste été vendue aux enchères pour ensuite être vendue à Hambourg. Les 13 ans de sa disparition ne consistaient en fin de compte qu’  une période où la peinture a été placée  dans des entrepôts et présentée dans quelques expositions.

Mais pourquoi les Français ne l’ont-ils pas gardée dans un musée ?

La raison pour laquelle le peuple français n’a pas insisté pour garder cette peinture est que cette peinture n’était rien d’autre qu’une copie ! En effet, Regnault avait peint « la Liberté ou la Mort » en deux exemplaires. C’est en 1792, donc trois ans avant la création de l’œuvre que nous connaissons déjà, que Regnault a peint le premier exemplaire de sa peinture. Elle était trois fois plus grande que l’exemplaire que l’on peut trouver à Hambourg aujourd’hui.

Où se situe cet exemplaire aujourd’hui ?

D’après mes recherches, la peinture a été donnée à un musée de province en 1872. Depuis cette date, la peinture était portée disparue jusqu’à ce qu’on en découvre une partie à Brest après la Seconde Guerre Mondiale où elle a été détruite, faisant de cet exemplaire une œuvre peu connue et laissant croire que l’exemplaire à Hambourg était  unique.

Cet article a été rédigé par Lucas L.

Un travail réalisé dans le cadre du projet “Französisch auf der Spur: Digitale Schnappschüsse an der Universität und in der Stadt”, avec le soutien du Jubiläumsfonds de l’Université de Hambourg, qui fête ses 100 ans en 2019.

Universitätsjubiläum Logo