Super, ihr habt den Hinweis zur Öffnung des Ausgangs gefunden:



 ██████╗ 
██╔═══██╗
██║   ██║
██║   ██║
╚██████╔╝
 ╚═════╝ 


Dies ist der Hinweis damit ihr das Lösungswort-Anagram, also die drei Blöcke, übersetzen und korrekt anordnen könnt! Googelt einfach den folgenden Begriff: "l337 sp34k", um zu verstehen was die  Textzeichen bedeuten. Wenn ihr die Blöcke aus den drei Kompetenz-Checks richtig angeordnet habt, habt ihr das Lösungswort für den Ausgang aus dem Escape-Room! Ihr braucht das Lösungswort nicht zu übersetzen sondern sollte es in der l337sp34k Variante eingeben.

  _ ____ ____  _              ____  _  _   _   
 | |___ \___ \| |            |___ \| || | | |   
 | | __) |__) | |_   ___ _ __  __) | || |_| | __
 | ||__ <|__ <| __| / __| '_ \|__ <|__   _| |/ /
 | |___) |__) | |_  \__ \ |_) |__) |  | | |   < 
 |_|____/____/ \__| |___/ .__/____/   |_| |_|\_\
                        | |                     
                        |_|                                       

Perspectives francophones

Sur l’immense gouffre

Me bercent. D’autres fois, calme plat, grand miroir

De mon désespoir ! *

Silence de mort – la cave voûtée m’entoure. Je peux entendre mes propres pas, des éclairages au plafond illuminent l’espace à la manière de bougies longues et brillantes. J’ai froid. Au-dessous de moi reposent 286 tombeaux, je frissonne. Mon regard se perd dans le vide, se dirige par terre vers les chambres funéraires bouchées par des simples plaques de grès. Les épitaphes furent conçues selon un motif de base quasiment uniforme – l’égalité des croyants face à la mort – l’égalité de tous. Je marche au-dessus d’eux jusqu’à ce que mon œil s’arrête sur une plaque avec l’inscription « Carl Philipp Emmanuel Bach repose avec sa femme et ses enfants ». La musique était la vie du musicien, compositeur, fils de Johann Sebastian Bach, qu’on appelle dans sa ville de Hambourg « Le petit Bach ». Un chœur de trombones résonne tout à coup et recouvre le silence du désespoir. Qu’il puisse lui aussi entendre la musique et suivre ces vers de Baudelaire :

La musique parfois me prend comme une mer !

Vers ma pâle étoile,

Sous un plafond de brume

ou dans un pur éther

Je mets à la voile ! *

Ressuscité – dans notre mémoire comme dans notre salle de musique !

*Charles Baudelaire, La Musique, extrait de Les Fleurs du mal.

Cet article a été rédigé par Tatjana Hoffeins, étudiante en Etudes francophones à l’Université de Hambourg.